Filip_Berte_Gutta_Cavat_Lapidem_web10 Filip Berte, «Gutta Cavat Lapidem», installation (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017 | © photo Filip Berte
Filip_Berta_Gutta_Cavat_Lapidem_dAM_web4 Filip Berte, «Gutta Cavat Lapidem», installation (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017 | © photo Filip Berte
Filip_Berta_Gutta_Cavat_Lapidem_dAM_web8 Filip Berte, «Gutta Cavat Lapidem», installation (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017 | © photo Filip Berte
Filip_Berta_Gutta_Cavat_Lapidem_dAM_web9 Filip Berte, «Gutta Cavat Lapidem», installation (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017 | © photo Filip Berte
Filip_Berta_Gutta_Cavat_Lapidem_dAM_web0 Filip Berte, «Gutta Cavat Lapidem», installation (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017 | © photo Filip Berte
Filip_Berta_Gutta_Cavat_Lapidem_dAM_web5 Filip Berte, «Gutta Cavat Lapidem», installation (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017 | © photo Filip Berte
Filip_Berta_Gutta_Cavat_Lapidem_dAM_web6 Filip Berte, «Gutta Cavat Lapidem», installation (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017 | © photo Filip Berte
Filip_Berta_Gutta_Cavat_Lapidem_dAM_web7 Filip Berte, «Gutta Cavat Lapidem», installation (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017 | © photo Filip Berte
Filip_Berta_Gutta_Cavat_Lapidem_dAMweb2 Filip Berte, «Gutta Cavat Lapidem», installation (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017 | © photo Filip Berte
Un-Home_Moving_Stones_Untitled_3web Filip Berte, «Sans titre», négatif photographique (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017
Un-Home_Moving_Stones_Untitled_5web Filip Berte, «Sans titre», négatif photographique (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017
Un-Home_Moving_Stones_Untitled_7web Filip Berte, «Sans titre», positif photographique (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017
Un-Home_Moving_Stones_Untitled2web Filip Berte, «Sans titre», négatif photographique (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017
Un-Home_Moving_Stones_Untitled_web Filip Berte, «Sans titre», négatif photographique (projet «Un-Home / Moving Stones»), 2017

2.7.-17.9.2017, sa | di 14h-18h ou sur rendez-vous

Filip Berte, « Gutta Cavat Lapidem »

Installation

C’est à l’occasion de deux résidences d’artiste faites à l’Arc à Romainmôtier depuis 2015, que Filip Berte, jeune artiste originaire de Gand, a conçu Un-Home / Moving Stones, un vaste projet en cours sur la migration. À dAM, l’installation Gutta Cavat Lapidem (une citation d’Ovide signifiant «les gouttes d’eau creusent la pierre») constitue l’étape romamonastérienne de la présentation du projet.

 

L’origine du travail de Filip Berte réside dans la découverte faite à Vallorbe, non loin de Romainmôtier, du Centre d’enregistrement et de procédure de l’Office fédéral des migrations – ancien hôtel, puis ancienne caserne militaire –, d’une part. D’autre part, il s’inspire des célèbres grottes calcaires de Vallorbe comme attraction touristique et site d’intérêt scientifique géologique. Dissimulée tantôt dans une maquette mobile du Centre de requérants, tantôt dans des faux rochers en plâtre imitant le calcaire, une camera obscura a permis à l’artiste d’approcher discrètement et de révéler à la fois non seulement le Centre de réfugiés de Vallorbe, mais également d’autres sites «frontières» en Europe, d’autres espaces «liminaux», concrets ou métaphoriques. Chez l’artiste, la grotte fonctionne comme métaphore de la position «marginale» des réfugiés en Europe aujourd’hui. Il considère les centres d’asile comme «des trous et des failles» dans la société.

 

Se déployant comme un espace de médiation et de réflexion autour de la migration, l’espace d’exposition évoque métaphoriquement une grotte ou une camera obscura. Les vitrines opacifiées de l’espace munies d’un œil de bœuf invitent à jeter un regard de l’extérieur vers l’intérieur, et inversement. Un système de projection permet de visionner sur un écran translucide les images en négatif réalisées par l’artiste à l’aide de sa camera obscura. Un système audio fait entendre la voix de l’artiste dans ses propres réflexions comme une médiation philosophique à propos de son expérience de la migration – de la sienne comme artiste voyageur et de celle des autres comme fugitifs, réfugiés ou requérants d’asile. L’installation conjugue différents niveaux de sens liés aux thèmes de l’exil, du tourisme, de l’histoire, de la philosophie, de la géologie, de l’architecture et de la photographie, entre autres. Une pierre calcaire de Vallorbe posée au sol signale un point focal de l’espace.

 

Avec son projet, Filip Berte prend position dans le contexte d’une Europe polarisée entre des valeurs d’accueil et d’hospitalité et des politiques de repli, d’exclusion et d’expulsion. Il offre une forme de résistance éclairée et poétique en adoptant une position de médiateur artistique, abordant les questions d’hospitalité, de conflit, d’intégration/désintégration sociale ou identitaire, de surveillance, d’oblitération, de mise à distance, de mise en danger et de mise à la place de l’autre. [AdA]

 

Sa voix enregistrée fait entendre dans l’installation son propos que voici:

 

BIENVENUE

BIENVENUE À ROMAINMÔTIER
À L’UNE DE MES HALTES AVEC UN-HOME / MOVING STONES
J’AI FAIT DU CHEMIN
EN DÉPLAÇANT DES PIERRES

JE VAIS RÉVÉLER QUELQUES UNES DES HISTOIRES QUI FONT PARTIE DE MES TRAJETS
EN TRANSIT – TOUJOURS ENTRE-DEUX – DEUX RÉALITÉS
ICI ET LÀ-BAS
ENTRE-DEUX
TOI ET MOI
TOI ET TOI
ESSAYANT DE SE RAPPROCHER
DE CRISTALLISER L’ESPACE ENTRE-DEUX
D’ÉVAPORER
L’AIR
TROUVANT
LA LUMIÈRE
IMMOBILES
TOUJOURS DEBOUT
PRENANT LE TEMPS
NOTRE REGARD
OBSERVANT
LE TEMPS D’UNE RÉFLEXION
DE PART ET D’AUTRE
ET VERS L’ARRIÈRE

JE VAIS DANS DES ENDROITS
CHOISISSANT DES POINTS PRÉCIS
DES TROUS ET DES FAILLES DANS NOTRE SOCIÉTÉ
CAVITÉS
OÙ DES GENS – QUI N’ONT PAS LE CHOIX – RÉSIDENT POUR UN TEMPS
CONTRAINTS
IMMOBILES

PARTAGEONS-NOUS LEURS ANGOISSES D’ÊTRE REFOULÉS VERS LEURS POINTS DE DÉPART ? – POLITIQUES DE RENVOI
PARTAGENT-ILS NOS ANGOISSES DE PERDRE NOS CERTITUDES DOMESTIQUES?
AVONS-NOUS PEUR DE NOUS PERDRE MUTUELLEMENT?
AVONS-NOUS PEUR DE LA DÉSAGRÉGATION?

COMME DES PIERRES TOMBANT DES FAILLES DE LA GROTTE CALCAIRE
LE POIDS CONSTANT DE L’EAU DE PLUIE ACIDE
DEVIENT TROP LOURD À PORTER
ABOUTISSANT
À LA DISSOLUTION DE LA MONTAGNE
CONSTITUÉE D’ANCIENS FONDS MARINS

PAR AILLEURS
LES GROTTES NE SONT PAS SEULEMENT UN ENSEMBLE DE FAILLES ET DE TROUS

LA MÊME EAU QUI DISSOUT LA CALCITE DANS LA ROCHE CALCAIRE
PEUT DÉPOSER LA CALCITE
À D’AUTRES ENDROITS DE LA GROTTE

EN CRÉANT CE QUE NOUS CONNAISSONS COMME LES MERVEILLEUSES FORMATIONS
DE STALAGMITES ET DE STALACTITES
SE RAPPROCHANT DEPUIS LA NUIT DES TEMPS LES UNES DES AUTRES
SE RETROUVANT – SE RENCONTRANT
S’INTÉGRANT
UN MARIAGE – UNE UNITÉ
FAITE DE PLUIE ACIDE ET DE CALCITE D’ANCIENS COQUILLAGES DE MER
NOUS POUVONS Y VOIR
UNE FORME D’INTÉGRATION
DE TRANSFORMATION
EN DES ÊTRES DE PIERRE
CRÉATURES ANTHROPOMORPHES –
MONSTRES FÉÉRIQUES ET MYTHIQUES

COMME MÉDUSE
MÉTAMORPHOSANT EN PIERRE CEUX
QUI FIXENT SON REGARD

MÉTAFORMATION

JE REGARDE LES GENS
DE PRÈS
ME SCRUTANT MOI-MÊME
À TRAVERS UNE CAMERA OBSCURA FAITE DE PIERRE
AVEC DEUX TROUS INCORPORÉS

LE TROU EN SOI
EST MÊME DOUBLÉ
UN TROU PLUS GRAND – SUR L’ENVELOPPE EXTÉRIEURE
ET UN TROU MINUSCULE – DANS LE FOND
PLUS DIFFICILE – À SAISIR OPTIQUEMENT

ENSEMBLE ILS FORMENT
UN ESPACE IN-LIMBO

UNE ANTICHAMBRE

ENTRE LES DEUX
LA RÉALITÉ EXTÉRIEURE ET VISIBLE
ET UNE CHAMBRE INTÉRIEURE ET SOMBRE
CETTE PIERRE EST UNE GROTTE
QUI – EN FIN DE COMPTE – N’EST RIEN DE PLUS QU’UN TROU DANS LA MONTAGNE

AU BORD DE CE TROU
QUAND ON REGARDE VERS L’EXTÉRIEUR
VERS LA RÉALITÉ ON LA VALIDE COMME CELLE PARTAGÉE
ET PRÉTENDÛMENT CONNUE

DE CE POINT DE VUE IL Y A UNE PERSPECTIVE
TU PEUX VOIR UN HORIZON

COMME UN OISEAU
OU COMME D’UN AVION
OU COMME DIEU, SI TU VEUX
TU PEUX DÉFINIR TA POSITION
DANS UN CERTAIN CONTEXTE
TU PEUX VOIR L’ÉGLISE, LE CLOCHER, LA MAISON DE COMMUNE ET D’AUTRES REPÈRES QUI AIDENT
À RETROUVER TON CHEMIN

OU À DÉFINIR TA POSITION SUR UNE CARTE

EN D’AUTRES TERMES
TU AS LE POUVOIR DE CONNAÎTRE
LA CONNAISSANCE RATIONNELLE

SI TU TE RETOURNES VERS LA ZONE GRIS FONCÉ ENTRE LES DEUX TROUS
LE MINUSCULE TROU NOIR DE L’AUTRE CÔTÉ
T’OFFRE SEULEMENT DE L’INFORMATION
POUR PRÉCISER TA POSITION

IL N’Y A PAS DE CONNAISSANCE
PAS D’OISEAU
PAS D’AVION
PAS DE DIEU, SI TU VEUX
IL N’Y A QU’UN ABYSSE SOMBRE ET IRRATIONNEL
VERS LE TRÉFONDS DE LA GROTTE DANS LA MONTAGNE
UN ESPACE INCERTAIN REMPLI DE LIMITES, D’OBSTRUCTIONS
ET FAIT DE RENCONTRES AVEC DES CRÉATURES DU MONDE SOUTERRAIN
DES CRÉATURES DURES ET EFFRAYANTES
QUI TE RETIENNENT
LOIN DE LA LUMIÈRE

IL SE PEUT QUE MÉDUSE
AIT TRANSFORMÉ DES GENS EN PIERRE
C’EST PEUT-ÊTRE NOUS

QUI SAIT

L’INCONNU
L’ESPACE NÉGATIF DE LA MONTAGNE

LA CHAMBRE NOIRE DE LA CAMERA OBSCURA DANS LA PIERRE

OÙ LA LUMIÈRE PEUT ENTRER DANS LE PASSAGE DERRIÈRE LES TROUS
PASSANT LENTEMENT
JUSQU’À L’ARRÊT SUR LE MUR INTÉRIEUR ET ARRIÈRE

ELLE S’Y FIXE D’ELLE-MÊME

ELLE Y POSE UNE EMPREINTE NÉGATIVE
DE LA RÉALITÉ POSITIVE HORS LA PIERRE

C’EST AINSI SIMPLEMENT

QUAND LA LUMIÈRE – UNE ONDE ÉLECTROMAGNÉTIQUE –
TROUVE
LE MOINDRE TROU POUR PASSER

INÉVITABLEMENT

COMME DE L’EAU
À TRAVERS LES PIERRES CALCAIRES ET SOLUBLES
ET LES TROUS
ET LES FAILLES

ELLE TROUVE LE CHEMIN POUR ENTRER
LE CHEMIN POUR EXISTER
POUR S’AFFIRMER
ET SE COMPORTER COMME UN ÉTRANGER DANS L’ESPACE ET LA MATIÈRE SOMBRES

QUAND JE DÉPLACE MA PIERRE

JE L’AMÈNE EN DES ENDROITS CRITIQUES
QUI – POUR MOI – RESSEMBLENT MÉTAPHORIQUEMENT
À LA RÉALITÉ IN-LIMBO DE LA GROTTE

CE SONT TOUT AUTANT DES LIEUX LIMINAUX
PARFOIS SITUÉS AUX FRONTIÈRES DES PAYS D’EUROPE
FRONTIÈRES – OUVERTES – D’UNE CERTAINE MANIÈRE – ENCORE MAINTENANT – POUR NOUS
FERMÉES
ET VERROUILLÉES DE RÈGLEMENTS OFFICIELS
POUR LES GENS VENUS D’AILLEURS

GENS DU DEHORS
ÉTRANGERS
AUTRES

LE CARACTÈRE LIMINAL DE CES LIEUX EST TOUT AUTANT
ABORDABLE
DANS UNE PERSPECTIVE SOCIO-POLITIQUE

LES CENTRES OFFICIELS D’ENREGISTREMENT
LES CAMPS
ET AUTRES CENTRES D’ACCUEIL POUR LES REQUÉRANTS D’ASILE ET LES RÉFUGIÉS
SONT SOUVENT SITUÉS DERRIÈRE DES MURS, DES BRIQUES ET DES BARRIÈRES
CONSTRUITS ET ORGANISÉS DE SORTE
À PLACER LES GENS À LA FOIS PHYSIQUEMENT ET SOCIALEMENT
HORS DE VUE DE LA SOCIÉTÉ

DANS L’INTENTION D’ASSURER L’ORDRE ET LA SÉCURITÉ
ET DE MAINTENIR LE CONTRÔLE
SUR L’ÉTRANGE ESPÈCE VIVANT DERRIÈRE CES MURS

CES ENDROITS
SONT CONSTRUITS COMME DES DISPOSITIFS PANOPTIQUES HIGH-TECH
ASSUMANT UNE LOGIQUE DE SURVEILLANCE MILITAIRE ET POLICIÈRE
QUI SOUVENT
PRÉVALAIT DÉJÀ SUR LES PLANS D’ARCHITECTURE
ET DANS LA FONCTION
DES BÂTIMENTS D’ORIGINE

COMME DANS LE CAS DU «PETIT CHÂTEAU»
À BRUXELLES
LE PLUS GRAND CENTRE DE RÉFUGIÉS EN BELGIQUE
VISITÉ AVEC MA PIERRE IL Y À QUELQUES MOIS

CE CENTRE D’ACCUEIL POUR LES RÉFUGIÉS ABRITE
DANS UN ANCIENNE CASERNE MILITAIRE
UNE ANCIENNE PRISON POUR PRISONNIERS DE GUERRE
UN ANCIEN CENTRE DE RÉCEPTION ET DE SÉLECTION DE SOLDATS CANDIDATS À SERVIR
DANS L’ARMÉE POUR DEUX ANS

SI UN CENTRE D’ACCUEIL EST INSTALLÉ DANS UN AUTRE TYPE DE LIEU DE SÉJOUR TEMPORAIRE

UN ANCIEN GRAND HÔTEL PAR EXEMPLE
COMME À VALLORBE, VILLE-FRONTIÈRE SUISSE AVEC LA FRANCE
OÙ UN-HOME / MOVING STONES A COMMENCÉ

À CET ENDROIT
A EU LIEU UNE TRANSFORMATION SEMBLABLE:
APRÈS AVOIR ÉTÉ UN GRAND HÔTEL POUR TOURISTES

LES TOURISTES – EN FAIT – AU DÉBUT DU VINGTIÈME SIÈCLE –

  • ÉTAIENT ENCORE APPELÉS «ÉTRANGERS»
  • ÉTRANGERS
  • ET AINSI
  • LE TOURISME DÉCRIT AUSSI
  • COMME «INDUSTRIE DES ÉTRANGERS»

ALORS

APRÈS AVOIR SERVI COMME HÔTEL POUR ÉTRANGERS
IL A AUSSI SERVI COMME CASERNE MILITAIRE POUR SOLDATS
ENTRAÎNÉS DANS UNE BASE MILITAIRE SOUTERRAINE
DANS UNE MONTAGNE FACE À L’HÔTEL AVEC LA FRONTIÈRE JUSTE DERRIÈRE

AUJOURD’HUI
IL A UNE NOUVELLE FONCTION
COMME CENTRE D’ENREGISTREMENT ET D’ACCUEIL
POUR UN AUTRE GENRE D’ÉTRANGERS
ENTRANT DANS LE PAYS PAR LA FRONTIÈRE

ON LES APPELLE REQUÉRANTS D’ASILE ET RÉFUGIÉS

CEPENDANT
CET ENDROIT EST PRIVÉ DE TOUTE L’OUVERTURE ET DE L’HOSPITALITÉ
QU’IL OFFRAIT AUTREFOIS

LE BÂTIMENT EST TRANSFORMÉ EN UN CENTRE DE SURVEILLANCE ET DE CONTRÔLE
OÙ LA VUE PAR LES FENÊTRES
POUR SES HABITANTS
N’OFFRE PAS UNE VRAIE
VUE TRANSPARENTE
VERS LE MONDE EXTÉRIEUR

EN VÉRITÉ
LA RÉALITÉ QUE LES GENS PEUVENT VOIR
N’EST PAS ENCORE LA LEUR

ELLE NE SERA DÉCIDÉE
QUE PAR L’OFFICE D’ENREGISTREMENT POUR LA MIGRATION

AU CONTRAIRE

ON POURRAIT DIRE
QUE
LA MANIÈRE DONT SE COMPORTENT OPTIQUEMENT CES BÂTIMENTS
DANS LA SOCIÉTÉ ET LE CONTEXTE URBAIN
EST COMME LE POINT DE VUE OFFERT
PAR UNE BASE MILITAIRE SOUTERRAINE
D’OÙ L’ON PROTÈGE LES FRONTIÈRES
CONTRE DES ENNEMIS ET DES ENVAHISSEURS POTENTIELS
VENANT D’AU-DELÀ

ET D’OÙ L’ON PEUT SUIVRE ET SURVEILLER
TOUT MOUVEMENT IRRÉGULIER
COMME OBSERVÉ D’UN SOUTERRAIN DISSIMULÉ
OU SUR UN ÉCRAN D’ORDINATEUR ACTUEL

AVEC UN-HOME / MOVING STONES
J’ESSAIE DE CONTRECARRER
CETTE MANIÈRE DE VOIR ET D’EXCLURE

AVEC MA PIERRE – GROTTE – CAMERA OBSCURA
J’INSTALLE CONSÉQUEMMENT
UN «MOMENTUM» –

UN MOMENT DE RÉFLEXION

SUR CES FOYERS

J’USE
OU
J’ABUSE
DU FAIT QUE CES BÂTIMENTS AGISSENT
COMME DES CAMÉRAS DE SURVEILLANCE
TOURNÉES VERS LEUR ENVIRONNEMENT IMMÉDIAT

PARCE QUE

QUAND J’ARRIVE
AVEC MA PIERRE
LE BÂTIMENT PEUT EN RÉALITÉ ME VOIR
AVEC SES CAMÉRAS CACHÉES

ON PEUT ME SUIVRE
ON PEUT VOIR
QUE QUELQUE CHOSE D’IRRÉGULIER SE PRODUIT

UNE PIERRE DÉPLACÉE

UN BLOC ERRATIQUE

ERRARE – MARCHER

UNE ERREUR OU UNE FAILLE DANS L’ENVIRONNEMENT

C’EST MON INVITATION

C’EST MA MANIÈRE D’INTERROGER
NOTRE MANIÈRE DE VOIR LES ÉTRANGERS

C’EST MA MANIÈRE
DE ME RAPPROCHER
ET D’ENTAMER UNE CONVERSATION

UN DIALOGUE

LA PIERRE EST UN MOYEN DE QUESTIONNER
ET D’INTERVENIR

JE SUIS UN INTERMÉDIAIRE

JE NE SUIS PAS UN ARTISTE PERFORMEUR

J’AGIS COMME JE SUIS

POUR COMMENCER
JUSTE POUR COMMENCER
UNE PROCÉDURE D’APPROCHE

ME RAPPROCHANT

DES GENS

QUI SE TROUVENT EUX-MÊMES

DANS DES PROCÉDURES
PRIS
ENTRE UNE RÉALITÉ INTÉRIEURE ET EXTÉRIEURE

OBSCURITÉ ET TRANSPARENCE

ENTRE LES APPARENCES
LES SIMULACRES
ET LE MONDE RÉEL

Filip Berte
(Traduction de l’anglais par Alberto de Andrés)
(Original English text)

 

Remerciements
L’exposition a bénéficié du soutien de

Arc artist residency, Romainmôtier
Canton de Vaud
Commune de Romainmôtier-Envy
Flanders State of the Art
Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture
Migros pour-cent culturel

 

Filip Berte, «Gutta Cavat Lapidem», enregistrement audio