ovni Projet «Objet volant non identifié», 2023, photogramme argentique, 17 x 24 cm
alien Projet «Aliens», 2023, carte postale, 10.5 x 14.5 cm
vaiseau Projet «Y aura-t-il d’autres mondes à détruire?», 2023, tirage argentique unique sur papier baryté, 26 x 38 cm

10.3.–9.6.2024, sa-di 14h-17h (fermé les jours de concert)

EXILS

Caroline Fournier et Miguel Ángel Alarcón Molina

Projets photographiques

Vernissage: 10 mars 2024, 14h-18h

 

Le monde connaît une crise climatique, sociale et géopolitique sans précédent. Ne nous reste-t-il qu’à nous échapper de cet univers mis à mal par la pollution, l’épuisement des ressources, les guerres et la montée de l’extrême-droite? Dans nos photographies, nous créons des vaisseaux spatiaux qui sont en même temps des lieux de mémoire de la terre.

Des capsules temporelles dans lesquelles nous nous envolerons, emportant avec nous le meilleur et le pire de notre humanité.

Les trois projets qui sont exposés évoquent ce départ vers d’autres horizons et la confrontation avec la figure d’un réfugié extraterrestre, cet autre nous-même venu pour nous mettre en garde. Peut-on refaire le monde en sept photographies? Le chiffre sept tisse un fil entre les trois installations présentées dans l’exposition, à la recherche d’un équilibre sacré sur lequel reconstruire.

Car nous ne perdons pas totalement espoir: en adoptant une démarche écologique dans nos processus de création photographique, nous souhaitons mettre notre petit grain d’argent dans l’engrenage du changement.

 

Objet volant non identifié
Quels sont ces paysages dans lesquels flotte un objet qu’on ne saurait vraiment définir, monolithe dont nous ne dévoilerons pas l’identité? Nous avons créé l’image d’un mystérieux parallélépipède qui erre dans de faux ciels, paysages illusoires composés tantôt de nuages photographiés dans des lieux et des saisons diverses, tantôt de photogrammes où des graines miment les étoiles. Un objet dans lequel projeter toutes les possibilités du voyage, en tournant le dos à la réalité. Le désir de départ ensemence le territoire de notre imaginaire, confondant espaces, trajectoires et temporalités.

Toutes les photographies argentiques de ce projet sont tirées sur papier photographique périmé, avec des mélanges maison sans danger pour l’environnement, à base de café ou de vin, tant pour le film que pour le papier. Cette démarche qui rend volontairement chacun des tirages unique et impossible à reproduire est cohérente avec notre incertitude et notre manque de maîtrise sur l’avenir du monde.

 

Aliens
Cette installation fait partie du projet ecoalien, un espace artistique suisso-argentin d’expérimentation et de réflexion sur l’impact de l’activité humaine sur la planète terre, qui prend comme point de départ le Voyage au centre de la terre de Jules Verne.

Situés aux antipodes, deux couples – celui formé par Nicolas Álvarez et Joaquín Ostrovsky, en Argentine et celui formé par nous-mêmes, en Suisse –, rencontrent un extraterrestre, réfugié sur notre planète, qui l’arpente pour nous mettre en garde sur les risques de destruction de notre monde, si nous continuons à le maltraiter. Il questionne notre identité et notre humanité; nos pratiques et notre avenir.

En 2023, après plusieurs années de correspondance vidéo virtuelle, l’ecoalien a choisi de renouer avec les canaux de communication traditionnels et a envoyé régulièrement des cartes postales à Croy, utilisant le service des cartes gratuites de la poste suisse.

 

Y aura-t-il d’autres mondes à détruire?
Sept vaisseaux, qui représentent sept piliers de notre société que nous emporterons dans notre voyage interstellaire. Construire, détruire? L’avenir de cette échappée reste incertain, comme ces constructions qui, prises à l’envers et à l’endroit, offrent une symétrie qui les projette tout à coup hors de leur contexte. Illusions d’optique, ces objets faits d’ombre et de lumière commencent à voler dans des espaces inconnus.

Toutes les doubles expositions sont réalisées lors de la prise de vue. Elles capturent des moments de nos histoires personnelles qui se révéleront dans l’obscurité du laboratoire.

Notre approche analogique est associée à une forte préoccupation environnementale et au désir de renouer avec la matérialité. C’est pourquoi nous utilisons nos propres produits de développement non toxiques. Ce territoire d’expérimentation avec divers produits alimentaires reconnecte notre création avec la base de l’être humain. Alors que nous jouons avec l’imaginaire du voyage, la technique que nous employons nous ancre dans les possibilités et des limites de la matière, au moment où les technologies numériques semblent nous inciter à échapper aux contraintes concrètes de notre humanité.

 

Caroline Fournier et Miguel Ángel Alarcón Molina

 

 

Notice biographique
Caroline Fournier et Miguel Ángel Alarcón Molina sont un couple d’artistes dont la photographie analogique est le domaine d’expérimentation. L’ensemble du processus est partagé, de la prise de vue au tirage sur papier. Un pilier important du projet est l’utilisation de techniques écologiques alternatives. Ainsi, les chimies pour le développement et pour le tirage sont fabriqués à la maison à l’aide de produits respectueux de l’environnement. Tous deux sont membres de l’association Labo19 à Lausanne.

Caroline Fournier est titulaire d’un doctorat en histoire du cinéma et restauratrice de films. Elle crée également des films, des histoires, des peintures et des photos. Elle est actuellement directrice du patrimoine de la cinémathèque suisse. De 24 images par seconde à une image fixe, elle explore les possibilités de la narration et de la composition visuelle.

Miguel Ángel Alarcón Molina est un créateur aux multiples facettes et à la curiosité sans fin (films, musique, collages, photos, meubles…). Il travaille comme concepteur multimédia, principalement dans les domaines de la durabilité, de la recherche et de l’innovation technologique. Bien que son travail soit entièrement numérique, son approche artistique le ramène toujours au monde physique.

 

Liens
doublexposition.org
ecoalien.net
labo19.ch

 

Partager