IMG_5315 Anne Blum 2023 «sans titre»

30.6.-8.9.2024, sa-di 14h-17h

Anne Blum – PIERRE | PRIÈRE

Dessins, peintures et livre d'artiste

Vernissage: 30.6.2024, 14h-18h

Exposition en deux volets

  • Premier volet à dAM, place du Bourg

POUSSIÈRE DE MOTS | MAUX

Poèmes spontanés, transformés en vibrations graphiques illisibles. Ces paroles, que je nomme poussière de mots, surgissent au détour de moments sombres, lumineux, douloureux ou joyeux de ma vie. Elles apparaissent et disparaissent subitement au long du jour, de la nuit ou lors d’un événement inattendu du quotidien. Depuis fort longtemps certains mots simples, authentiques, m’accompagnent, c’est pourquoi ils sont devenus le corps de ce livre : interstice entre les mots, cadence d’une page à l’autre, pas sur un chemin déroutant et accidenté.

Avant de signifier quelque chose les mots sont des ondes vibratoires à l’intérieur du corps, une mouvance rythmée qui palpite dans l’obscurité, des sensations multiples se frayant un passage jusqu’à la bouche, un bruit plus ou moins différencié et de température variable : parfois inaudible, parfois fracassant, parfois emmuré, parfois murmuré. Le mot est si complexe qu’il tient du miracle dans sa composition de lettres. Le cerveau le propulse telle une éruption volcanique ou le réduit en cendre selon son profit. Il détruit ou sauve. Nous sommes si fragiles que survivre sans mots est impossible, c’est pourquoi nous avons inventé le langage, de multiples langues. Leur sonorité et leur tonalité sont si variées que personne ne comprend son voisin.

Creuser la matière que constitue un mot est une exploration aussi passionnante que terrifiante, démunis que nous sommes lorsque nous devons le traduire dans une langue étrangère. Automatiquement le cerveau interprète. L’éduquer à écouter, à entendre chaque modulation induite par la position de la langue, le souffle qui la traverse, est une intense pratique. Ressentir l’énergie du mot avant qu’il ne sorte de la bouche est subtil. C’est un balbutiement du cosmos dont nous essayons de comprendre le message, sachant que le moindre bruissement d’ailes influence sa vérité fluctuante.

L’inconnu, chemin de l’émerveillement.

Comprendre la capacité de la vie à s’acclimater à une planète bombardée depuis des millions d’années par des comètes et ouvragée par des explosions volcaniques, est un projet utopique. La terre a son credo : explorer, s’adapter et diversifier ses habitats.

Elle est curieuse et créative. Elle met en mouvement espace et temps. Elle est façonnée par le soleil, l’eau, et le vent.

 

  • Deuxième volet à ENTRE, Atelier d’art Anne Blum, route de Vaulion 26

PIERRE | PRIÈRE

Salina me souffle le désir d’entreprendre un travail sur ses pierres.

Dessiner, peindre les pierres trouvées sur la plage du phare de Lingua, me permet d’exprimer la poésie de ce lieu qui observe mes allées et venues depuis si longtemps. Leur présence magmatique m’incite à les appréhender une à une. Le graphite utilisé pour les peindre évoque mon exploration de cette matière minérale et le reflet qu’elles impriment sur mon regard épris de leur forme, leur volume, leur couleur et leur consistance.

La prise de conscience de leur origine millénaire déclenche une émotion inattendue et entraîne mon imaginaire au centre de la terre. La contemplation amoureuse de leur existence me pousse à leur donner un instant une autre vie sur ma feuille de papier.

Comme disait Roger Caillois : « Je parle des pierres plus âgées que la vie […]. Je parle des pierres […] qui n’ont rien à faire que laisser glisser sur leur surface le sable, l’averse ou le ressac, la tempête, le temps. »

Chaque jour une nouvelle pierre éveille mon désir de la peindre !

Sa couleur mouillée ou sèche, son chatoiement, sa douceur sous la main, sa musique dans la vague, toutes ses caractéristiques captent ma curiosité, ma sensualité. De retour à la maison, je pose délicatement la pierre sur une page vierge. Alors au hasard de l’eau que je verse sur elle, de la saturation du pigment choisi, elle commence à peindre d’elle-même. Je nomme ce journal : pierre | prière.

Quand j’entre en contact avec elle, j’y vois la mystérieuse élaboration du monde. Sa beauté naturelle donne à mon travail une valeur plus ample que celle d’une expression purement personnelle : moment imperceptible où la pierre est encore pierre mais déjà autre, instant où elle devient poésie écrite par la mer à l’aide d’un vocabulaire atemporel.

Anne Blum

 

Livret: Anne Blum, PIERRE | PRIÈRE

 

Partager